Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entretien avec le président de « l’association des Amis de l’Académie Berbère »

Youcef Hebib, président des Amis de l’association de l’Académie Berbère - Photographie Mokrane NEDDAF Kabyle.com D.R.

Youcef Hebib, président des amis de l’association de l’académie Berbère à Paris, que nous avons rencontré et, il a accepté avec plaisir de nous répondre à nos questions ! Youcef Hebib est un ancien militant de la première heure dans les années de 1960 et 1970, à l’académie Berbère de Paris. Effet, c’est un ancien militant qui a ouvré avec une grande discrétion pour la reconnaissance de notre histoire authentique et notre langue le tamazight.

Kabyle.com : Azul a dda Youcef. Nous vous remercions d‘avoir la gentillesse de répondre à nos questions. Pour commencer comment s'est déroulé vote première rencontré avec Monsieur Bessaoud ?

Youcef Hebib: Avant mon arrivée à Paris, déjà j’étais sensibilisé à la question amazighe. Au lycée Gauthier à Alger (actuellement Omar Racime) en 1966–67 j'appartenais à un groupe de sympathisant au fait de cette question. Une anecdote, un jour je les ai suivi à la faculté de Lettres à Alger. C'était la première fois que j'assistais à un cours de Mouloud Mammeri. A Paris, en 1969 à mon arrivée, j’ai rencontré une connaissance d’Alger et au cours d’une discussion à bâtons rompus cela m'a permis d'être informé de l’existence d’une Académie Berbère à Paris. Cette personne m’a donné l’adresse à laquelle je me suis présenté et fais la connaissance de M. Bessaoud Mohand Arab ainsi que de quelques militants se trouvant dans le local de la rue d’Uzès.

Est-il vrai que l’Académie Berbère a vu le jour au domicile de Taos Amrouche ?

Il semblerait que la première réunion s’est déroulée au domicile de Mme Taos Amrouche, dans le 17ème à Paris, une écrivaine et artiste qui interprétait des chants traditionnels berbères. A cette réunion, se trouvaient certaines grandes figures intellectuelles kabyles telles que Mohamed Arkoun, Mohand Saïd Hamouz, Docteur Bouchek, Mohand Bessaoud Arab et évidemment Taos Amrouche.

Pourquoi les anciens militants, ont-ils créé une association des Amis de l’académie berbère à Paris ? Puisque le tamazight n'est plus aujourd'hui dans la clandestinité. Et quels sont les objectifs de cette association ?

La création de l’association des Amis de l’Académie Berbère a pour objectif de perpétuer dans le temps l’œuvre essentielle de cette institution et de faire connaitre au grand public ainsi qu’à notre jeunesse qui a besoin de son histoire récente.

Pourriez-vous nous dire, comment l'idée est née, tout en sachant, que l’Académie a fermé ses portes en 1978, sous pression du régime Algérien de l’époque.

C’est après avoir revu certains anciens membres de l’Académie Berbère (IdjeKouane Belkacem, Mustapha Bounab, Mouloud Kenab) que l’idée de la création de l’Association des Amis de l’Académie Berbère a germé dans mon esprit.
C’est au cours de plusieurs rencontres et discussions que nous avons trouvé un compromis pour ressusciter symboliquement sous forme d’Amis de l’Académie Berbère, afin de perpétuer son image et faire connaître sa grande contribution dans la renaissance de Tamazight.

Pouvez-vous nous dire la réaction de Monsieur Bessaoud face à la décision, du pouvoir Algérien de l'époque?

L’argumentation du pouvoir, de l’époque Boumediene, prétextait la fermeture de l’Académie Berbère dont l’activité générale de cette structure était considérée néfaste pour le pouvoir de l’époque.

Bessaoud Mohand Arab a essayé de transposer les pratiques de la fédération de France FLN pendant la guerre d’Algérie dans le milieu de l’immigration kabyle : « quant à la démarche utilisée, chacun peut avoir son opinion ».

Etes-vous satisfait que le tamazight soit langue nationale depuis 2002 et que récemment, elle soit devenue une langue officielle ?

Je ne suis pas d’accord de la manière dont a été inscrite dans la constitution quant à « nationale » ou « officielle », comment croire à cela alors que dans le préambule de la constitution, on stipule l’Algérie pays arabe, terre arabe et l’islam religion d’État et que la langue arabe est langue de l’État, d’où une incohérence totale !

Depuis le boycott scolaire de1994-1995, l'État Algérien, a mis sur pied le HCA, est-ce que cette institution a accompli son travail?

C’est une institution créée dans un climat d’effervescence « Boycotte scolaire en 1994 – 95 » qui a permis la mise sur pied du H.C.A. Quelques avancées, certes dans certains domaines, notamment l’accompagnement du ministère de l’Éducation Nationale pour la génération progressive de l’enseignement de Tamazight à l’échelle nationale, mais cela reste insuffisant. Cependant elle reste instrumentalisée par le pouvoir (résistance bureaucratique à l’expansion de cette langue dans le pays).

Le 20 avril de cette année la population kabyle à marqué l'événement, en Kabylie et ailleurs en Europe, à votre avis qu'est-ce qui a été à nouveau le déclencheur ?

Après sa pseudo reconnaissance officielle, le pouvoir a pris les devants de la volonté populaire pour s’emparer de la cause et la récupérer. Mais la mouvance populaire est loin d’être dupe de cette mascarade.

Pour conclure, auroez-vous un dernier mot ?

L’Académie berbère a joué un rôle essentiel dans la prise de conscience et la sensibilisation de la population de l’Afrique du Nord.
J’espère que notre association « Les Amis de l’Académie Berbère » sera à la hauteur pour perpétuer le passé glorieux de cette Académie.
J’espère une évolution constitutionnelle plus claire et authentique qui correspondra à la réalité historique. Et je tiens à vous remercier pour vos questions, et je tiens a remercie le site Internet de kabyle.com

Propos recueillis par Mokrane NEDDAF ( source kabyle.com)

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :