Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A l’occasion du 2ème anniversaire de la mort du militant de la cause amazighe, Ahcène Taleb, les villageois d’Aït Abdelmoumène se sont mobilisés pour commémorer l’événement.

Les associations culturelles locales et les comités de villages n’ont pas raté en effet l’occasion, pour rendre un vibrant hommage à l’enfant de la région. Plusieurs activités culturelles et sportives ont été organisées tout le long du week-end dernier, en présence de nombreux élus, des amis du défunt, des militants de la cause identitaire et d’un nombre important de villageois. La famille du défunt : sa veuve, ses enfants, ses frères et ses sœurs se sont dits impressionnés par la présence et l’implication de tous les villageois dans toutes les activités programmées dans cet hommage aux sacrifices consentis par le défunt. Le président de l’association «Ilmezyen Ussirem », Graichi Khelifa, indiquera au tout début des activités : «C’est pour nous un devoir de réussir cette manifestation dédiée à un homme d’envergure nationale. Un homme qui a non seulement tout donné pour sa famille, son village et sa wilaya, mais aussi pour toute la nation. C’est en effet grâce à son combat et à celui de ses pairs que nous vivons aujourd’hui en démocratie et que tamazight a été officialisée. Notre devoir est donc de poursuivre le combat de nos aînés pour conquérir d’autres espaces et donner à Tamazight tous les moyens pour se développer et devenir une langue de progrès et de technologie. La mission n’est pas aisée mais nous devons y travailler petit à petit pour construire, construire et toujours construire comme l’ont fait nos prédécesseurs, à l’image de feu Ahcène Taleb». Les jeunes du village se sont mobilisés comme un seul homme pour relever le défit. Au premier jour de l’hommage, vendredi, une multitude d’activités ont été organisées à l’école primaire du village. Il était notamment question d’une exposition relatant le parcours militant du défunt : des photos prises de lui au pays et à l’étranger et ses diplômes y étaient mis en valeur. Il y avait aussi des coupures de presse, plusieurs numéros de la revue «Tafsut» des années 1980, une revue qui fut tirée chez lui durant les années de braise. Ses deux livres : «Aït Abdelmoumène, repères historiques» et «Les locutions kabyles» étaient également exposés. Une vente dédicace a même été assurée par son frère, Dr Amar Taleb.

Concours en Tamazight pour les lycéens

Toujours au premier jour de la manifestation, il y a eu des projections-vidéo retraçant le militantisme d’Ahcène Taleb et des images de l’hommage qui lui avait été rendu l’année passée. Mais la nouveauté cette année, c’est un concours en tamazight qui a été initié au profit des élèves de trois lycées : celui de Ouadhias, celui de Tizi Ntléta et celui de Mâatkas. Les épreuves consistèrent en des questions écrites de culture générale, en tamazight. Une belle manière de rendre hommage à Ahcène Taleb, lui qui a justement consacré de nombreuses années de sa vie, courte hélas, à la reconnaissance identitaire. Une des lycéennes des Ouadhias, ayant participé au concours, dira : «C’est une belle initiative. Les organisateurs sont à féliciter car ils nous ont permis d’apprendre, de découvrir d’autres lycéens et le village n’Ath Abdelmoumène et surtout de découvrir un homme de culture tel que Ahcène Taleb». Des amis du défunt et ceux qui ont eu à travailler avec lui se sont ensuite succédés pour livrer leurs témoignages. Au second jour, il y eut la présence remarquable du Dr Achab Ramdane, de quelques élus, d’anciens instituteurs du défunt et de nombreuses personnalités du monde culturel et artistique. Depuis la maison des grands-parents paternels du défunt, tous les présents ont marché jusqu’à sa sépulture, à côté de son habitation à Tizgui, sur une distance de près de 2 kilomètres. Une marche silencieuse ouverte par des écoliers brandissant des drapeaux algériens et amazighs et le portrait du défunt. Une fois sur les lieux, des membres de sa famille ont déposé une première gerbe de fleurs, puis les représentants des comités et des associations en ont déposé plusieurs autres. Une minute de silence fut ensuite observée à la mémoire du défunt et à celle des martyrs de l’Algérie. Lors de son témoignage, l’instituteur Hamadache Boukrif, venu spécialement de Bouira, dira : «Ahcène ne sera pas mort, tant que de braves militants reprendront le flambeau. Je me souviens de ce petit garçon, toujours souriant, discipliné et studieux. Il nous a fait honneur en se classant premier de toute la commune mère de Draâ El Mizan à l’examen de 6ème. Ahcène était un exemple de persévérance et de réussite. Il s’est consacré à la cause amazighe, il a accompli son devoir. On se doit de poursuivre son œuvre», dira-t-il avec émotion. Après de nombreux témoignages, les présents ont été conviés à une collation. Au retour à l’école primaire, les activités se sont poursuivies dans le calme et la parfaite symbiose. La troupe théâtrale « Ilmezyen Ussirem » n’ont pas manqué de montrer leur talent en jouant une représentation qui a captivé l’assistance. Tout comme cette projection de Tahar Yami relative au village d’Aït Abdelmoumene, au parcours d’Ahcène Taleb et au premier hommage qui lui a été rendu l’année passée. Les jeunes du club sportif ont pour leur part, assuré des exhibitions de Karaté. Il était aussi question de chorale, de chants et de nombreux autres témoignages. La chanson consacrée au défunt par Cherif Silem a été reprise. Pour terminer, ce fut l’annonce des résultats du concours en Tamazight. Les cinq heureux lauréats ont été gratifiés de cadeaux. Une autre collation a été offerte à l’assistance. L’occasion d’annoncer qu’il était dans les projets futurs des organisateurs de faire le suivi du chantier d’une stèle, dont la décision a déjà été transmise à l’APC locale par l’APW qui finance à hauteur de deux millions de DA.

Compte rendu de Hocine Taib ( source la depeche  de kabylie)

 
Tag(s) : #info direct

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :