Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cherifa.pngNna Cherifa, cette grande dame de la chanson kabyle, a rendu l’âme dans la nuit de jeudi à vendredi, dans son village Ait Hella, commune Ilmayene, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, avons-nous appris de ses proches.
Elle avait 88 ans. Son enterrement aura lieu aujourd’hui, samedi, au cimetière de son village. Ainsi Dieu a exhaussé son vœu de se recueillir avant de mourir sur la tombe de Cheikh Belhaddad à Amdoun n’Seddouk, un homme qu’elle a toujours admiré et pour qui elle a consacré une chanson.
 
Nna Cherifa a effectué il y a tout juste quelques jours, du 06 au 10 mars, un pèlerinage à Amdoun n’Seddouk où elle a été accueillie comme une grande star. Elle avait même animé un dernier Ourar dans la cour de l’école Cheikh Belhaddad de Seddouk Ouadda, au milieu d’une foule nombreuse venue des quatre coins de la wilaya. Un grand tableau, sur lequel on voit son portrait, celle de Cheikh Belhaddad et au centre le mausolée, lui avait été remis ainsi que divers cadeaux.
 
Née le 9 janvier 1926, à Aït Hella, un village dépendant administrativement de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, Cherifa, Ouardia Bouchemlal de son vrai nom, s’est rapidement imposée sur la scène artistique dès les années 1940, suite à son passage à la Radio nationale. Depuis son fameux opus ‘’Bqa âla khir a y Akbou’’, Cherifa s’imposa comme une diva de la chanson kabyle. Ses chansons sont aujourd’hui reprises aux quatre coins du pays, notamment celle intitulée ‘’Sniwa n ifendjalen’’. Dans les années 1990, la défunte s’est produite plusieurs fois à l’étranger, surtout en France.
 
Traitant de tous les thèmes, Cherifa figure parmi les rares artistes algériens qui se sont produits à l’Olympia en 1993, à l’Opéra de la Bastille en 1994, puis au Zénith de Paris en 2006. L’engagement de Cherifa et tant d’autres femmes algériennes dans la chanson a contribué, à n’en pas douter, à faire bouger les lignes s’agissant du regard de la société par rapport aux artistes féminines. Les chants de Cherifa sont et resteront toujours le cri de la rupture avec une société stéréotypée. Il est à signaler que des dizaines d’anonymes de Seddouk et d’autres régions du pays se rendront aujourd’hui, samedi, au village natal de Cherifa, Ail Halla, commune d’Ilmayene, wilaya de Bordj Bou Arreridj, pour l’accompagner à sa dernière demeure.
 
L.Beddar : la dépêche de kabylie

Partager cet article

Repost 0