Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

20110523L’événement, le scoop, le basculement, l’énième coup bas...et autres péjorations pour évoquer les attaques frontales de Amar Saidani, chef à défaut du FLN, à l’encontre de Toufik, patron à charge du DRS. La quasi totalité des journaux algériens, dits indépendants, et certains « observateurs » ruent dans les brancards pour descendre en flamme un guignol propulsé par hasard à la tête du non moindre parti au pouvoir depuis l'indépendance de ce territoire appelé Algérie.

 

Un des rudiments essentiels du métier de l'information, c'est justement l'information, son contenu et sa portée et non pas sa qualification ou son jugement. Dans le cas contraire, ce n'est plus de l'information mais tout simplement de la propagande. Les journaux algériens, agissant de la sorte, se positionnant explicitement dans la défense de « Reb Dzayer » (dieu de l'Algérie selon l'expression consacrée) se dévoilent et confirment que malgré les beaux discours et les slogans incantatoires, vains tout de même, qu'ils ne sont ni indépendants ni encore moins professionnels. Pullitzer aurait retourné dans sa tombe en constatant le marécage dans lequel patauge la presse algérienne, toute tendances confondues. Au delà de ce constat, il est important de relever que, outre la guerre par médias interposés entre le FLN et le DRS, aucun journaliste ne s'est donné la peine de fouiller un peu plus et vérifier la véracité des accusations dont s'est rendu coupable Amar Saidani.

 

Amar Saidani, le secrétaire général du FLN

Tous les «Algériens », et depuis 1962, savent que « leurs » gouvernants ne sont pas choisis par eux-même, des militants l'ont clamé, des personnalités politiques l'ont confirmé, des analystes l'ont démontré et des foules en délire l'ont constaté mais rares ceux qui ont osé appeler un chat un chat, désigner les choses par leur nom et dire clairement que des hommes des services algériens sont les décideurs de la vie et de la mort des Algériens. Ceux qui ont le culot de le faire se sont retrouvés forcés à l'exil dans le meilleur des cas sinon pendus, étrangement disparus dans de flous accidents ou victimes de mystérieuses bombes « terroristes » qui explosent au « bon moment ». D'ailleurs Saidani le confirme dans son verbiage en désignant sans ménagement ses éventuels liquidateurs.

 

Il ne s'agit pas de défendre un apparatchik, produit lui-même de ce système obscur, mafieux et impitoyable instauré par la force en Algérie depuis l'assassinat de Abane Ramdane en 1957 mais de se pencher sérieusement sur la teneur de ses propos à l'égard d'une « institution » réputée inébranlable et qui a terrorisé les algériens pendant plus de 50 années d’indépendance. Qui n'a pas tremblé dans les usines, dans les universités, dans les rédactions, au sein des hôpitaux et même dans les villages les plus reculés juste à la prononciation de deux lettre (pour paraphraser Lounes Matoub): SM. A l'époque du Boumédienne, les choses étaient plus au moins claires. Chef des armées, chef de gouvernement, chef de parti, il était chef de tout mais après sa mort, les choses se sont compliquées. Les hauts gradés de l'armée, véritable détentrice du pouvoir politique, n'avaient pas l'audace ou la volonté de s'afficher publiquement comme acteurs politiques de premier plan. Ils ont préféré mettre en avant des marionnettes sans consistance, souvent issues du sérail, afin de gérer le pays à distance et ainsi se prémunir contre une éventuelle révolution ou poursuite judiciaire. Entre-temps la répression est érigée en système et la corruption-cooptation en politique jusqu'aux années 90 où la nébuleuse islamiste a donné la justification manquante pour que l’État major de l'Armée s'implique directement dans la vie politique du pays.

 

Au plan international, ni les liquidations d'opposants politiques, ni le soutien aux groupuscules terroristes, ni les génocides à grandes échelles des années 90, ni les assassinats d'intellectuels ou de militants n'ont incité le monde à « s'ingérer » dans les affaires internes de l'Algérie. La manne pétrolière est trop précieuse pour la perdre. Les attentats du 11 septembre 2011 aurait même justifié un soutien inconditionnel des puissances occidentales au régime militariste algérien « rempart », selon eux, contre le terrorisme islamiste et un génocide a été orchestré en Kabylie à huis-clos entre 2001 et 2003. A cette date, c'est une nouvelle recrue qui est à la vitrine du régime militaire, installée elle-aussi à travers un putsch qui a coûté la vie à un des meilleurs enfants de la Kabylie, Lounes Matoub assassiné dans de sombres circonstances, avant que Zeroual ne soit démis de la présidence et que Bouteflika ne le remplace.

 

 Depuis, la guerre est larvée entre cette dernière recrue qui ne voulait pas être « un trois-quarts de président » et cette caste d'employeurs qui dessinent « une ligne rouge » à chaque nouvelle recrue. Boudiaf a tenté de traverser cette ligne, il l'a payé de sa vie, publiquement mitraillé. La quinzaine d'année de « cohabitation pacifique » entre celui-ci et ceux-là a permis à l'un de se venger pour son éviction en 1978 et de consolider son clan tout en se servant des richesses du pays et aux autres de rester dans l'ombre et fructifier tout l'argent dilapidé et ainsi léguer un bon pactole aux descendants qui vont l'investir sous des cieux plus cléments. Pendant ce temps là, les algériens sont réduits au terrorisme qui n'est plus « résiduel » mais permanent, à la corruption qui n'est plus « un cas isolé » mais général et surtout à l'inculture et à la violence qui ne sont plus marginales mais globales. Le pays est mis à mort.

 

C'est dans ce brouhaha que les propos de Saidani prennent toutes leur ampleur à la veille d'une énième mascarade électorale. Dans la valse des danseuses du ventre, qui du coté de Bouteflika en accablant exclusivement l'Armée et assurant qu'il est le seul, malgré sa paraplégie, à garantir la stabilité du pays (le statu quo en fait) et qui du coté de cette dernière qui mets tout sur le dos de Bouteflika en chantant les louanges de la grande muette, protectrice de la « République ». Allons dans le sens d'une véritable interrogation politique, déconstruisons certains mythes et surtout allons dans une construction démocratique qui ne peut se faire sur l'amnésie et le déni. Y a t-il un journaliste qui a fait une enquête sur les mises en causes de Saidani ? Y a t-il un juge qui a ouvert une information judiciaire ? Y a t-il un tribunal qui s'est auto-saisi ? Y a t-il un commissariat qui a diligenté des poursuites ? Rien, nada.

 

Et pourtant les accusations sont tellement graves que cela ressemble à un pavé dans la mare. Il a fallu quelques révélations d'un journal français (Mediapart) pour qu'un puissant ministre (J. Cahuzac) du nouveau gouvernement soit démis de ses fonctions et poursuivi en justice pour blanchiment d'argent et un ex président de la république (N. Sarkozy) soit convoqué par la justice française pour abus de faiblesse et financement occulte de sa campagne électorale. Dans un pays qui se respecte, il suffit juste d'une vidéo postée sur youtube pour que le coupable soit recherché, arrêté et condamné à un an de prison ferme pour avoir balancé un chat dans le mur et que dire de propos d'un haut responsable politique algérien qui accuse publiquement un haut gradé de l'armée algérienne d'interférences dans la vie politique du pays et d'échec dans l’exercice de ses fonctions, à savoir la sécurité des algériens à commencer par « leur » président. Oui, qui a tué Boudiaf finalement et pourquoi ? Pourquoi n'a t-il pas été protégé ? Qu'est ce qui s'est passé à Tibhirine et qui a exécuté les moines cisterciens ? Voici, en filigrane ce qu'insinue insidieusement le responsable du parti officiellement majoritaire en Algérie, une première !

 

Et allant plus loin que Saidani qui n'a relevé que la partie émergée de l'iceberg, d'autres questions se posent et s'imposent : Qui a exécuté Abane Ramdane, l'architecte de la révolution algérienne, en 1957 ?Qui sont derrière le putsch contre le GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne) au lendemain de l’indépendance et de quel droit sont-ils toujours au pouvoir ? Qui a envoyé l'armée en Kabylie pour liquider 400 maquisards en 1963 ? Qui a ordonné l'assassinat de Krim, Khider et Ali Mécili ? Qui a orchestré le guet-apens et tué Lounes Matoub le 25 juin 1998 ? Qui a donné l'ordre de tirer sur le jeunesse kabyle pendant le Printemps noir et d'abattre 128 citoyens ? Qui est responsable des massacres à grande échelle qui ont coûté la vie à des centaines de milliers d'Algériens et pourquoi n'ont-ils pas été protégés? Qui a tué Djaout, Boucebeci, Mekbel et autres intellectuels et journalistes ?

 

Qui a décidé d'amnistier des égorgeurs d'enfants ? Qui a imposé Bouteflika à la tête du pays et qui a décidé de sa reconduction deux fois d'affilée en violant la constitution qu'il a lui-même concoctée? Qui a dilapidé l'argent public et fait fuir Khalifa pour le rapatrier dix années plus tard sain et sauf ? Où est l'argent du pétrole algérien pompé depuis un demi siècle? Qui a vendu le pays à vil prix aux puissances occidentales et aux Émirats du Golf ? Qui est responsable de la négation de l'amazighité et de la promotion de l'arabo-islamisme ? Qui est responsable de la dérive scolaire algérienne qui a abouti à la formation de mutants capables des pires atrocités ? Qui kidnappe en Kabylie et qui est en train de massacrer les Mozabites à huis-clos ? Qui, qui, qui...Beaucoup de questions, énormément, des questions que tout le monde devraient se poser à commencer par les journalistes et pour lesquelles ni Saidani, ni les journaleux algériens qui s'en prennent à lui, ne peuvent répondre et pourtant il s'agit d'un passé, d'un présent et d'un avenir d'un pays. Les réponses ne peuvent avoir lieu qu'avec la chute définitive du régime algérien, avec ses Bouteflika et ses Toufik, les vassaux de l'un et les pantins de l'autre. Au final, ne sont-ils pas tous de la même famille, celle des ennemis des peuples d'Algérie !

 

La classe politique, si nous pouvons la qualifier ainsi, et la presse ont contribué immensément pendant plus de 20 ans à perpétuer le flou, à perdurer le statu-quo et ainsi profiter de quelques dividendes matérielles lâchées par un clan ou par l'autre. Sinon, que pouvait-on comprendre du vocable générique « le pouvoir » dans la bouche de ceux qui dénonçait occasionnellement le régime algérien. «Le pouvoir », que voulait-il dire? Pouvoir assassin, pouvoir mafieux, pouvoir illégitime...etc, des slogans qui ont raisonnée pendant des années dans les mobilisations de l'opposition et dans les colonnes de la presse algérienne. Mais qui est ce pouvoir ? L'armée ? Mais qui au juste ? Le gouvernement ?Mais qui est juste ? La présidence ?Mais qui est juste ?Le cabinet noir ? Mais est-il composé de qui au juste. Ironie de l'histoire, ce n'est pas le FFS qui s'est opposé au régime algérien pendant 50 ans de son existence jusqu'à s'allier avec les islamistes qui le dit. Pour lui, aujourd'hui, il ne peut y avoir de changement en Algérie sans le régime, la messe est dite.

 

Ce n'est pas le RCD non plus qui le dit, lui qui a reconnu que le premier parti algérien est le DRS après s’être accommodé pendant 25 ans avec ses stratégies. Ce n'est pas les islamistes, au maquis ou en cravates, qui le disent, eux aussi fabriqués et promus par les même services. Ce n'est pas Ouyahia, enfant prodige des services ni Louiza Hanoune qui, sous couvert d'une prétendue menace d'ingérence étrangère, couvre tous les méfaits et les prédations des services. Ce n'est pas les journaux qui derrière chacun parmi eux se cache un général. Et bien c'est Amar Saidani, un drebki (joueur de derbouka) de carrière qui interrompt la musique quand toutes les danseuses se mettent en branle. Comme nous l'avons expliqué dans une précédente contribution (Algérie, fin de partie), le régime algérien, avec ses militaires puissants et ses présidents factices, est voué à la chute. Les bouleversements géostratégiques et les mutations politiques que connaissent la planète ne peuvent épargner l’Algérie car dans un monde globalisé, point de salut aux faibles et la marche de la liberté ne peut s’arrêter, c'est ainsi depuis toujours. Il est temps que toute cette nomenklatura prédatrice et assassine quitte dans sa totalité et définitivement « le pouvoir » et ainsi laisser libre cour à la marche des peuples et la responsabilité de tout un chacun, ceux qui souhaitent des jours meilleurs, dans l'accélération du processus est engagée. Ce n'est que de la sorte que l'Algérie, territoires et peuples évitera un sort à la yougoslave ou, au pire, à l'irakienne!

 

Par: Ahviv Mekdam

Partager cet article

Repost 0