Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le-symbole-de-Sida.png
Le sida recule dans le monde, mais continue sa progression en Kabylie. 600 nouveaux cas ont été enregistrés depuis le début de l’année, montrant une nette propagation du VIH dans la société. Tabous à la peau dure, ruptures de stocks de médicaments récurrentes, échec dans la promotion du dépistage.
 
Prostituées, homosexuels, usagers de drogues injectables sont les principales catégories de la société touchées par les affres du sida. Mais les autres tranches de la population ne sont pas en reste. La contamination est facile et toutes les personnes touchées ou susceptibles de l’être n’ont pas le réflexe de faire les tests de dépistage. «Les gens ont peur de faire le pas et sont très mal informés. Beaucoup de personnes vivent avec le VIH sans le savoir et participent donc à sa propagation. Le dépistage est notre grand frein», confirme Othmane Bourouba, président de l’association Aids Algérie. Et pourtant, quelques centres de dépistage sont disponibles sur le territoire national. Mais la réalité du terrain résiste à ses stratégies qui restent conceptuelles. Les tabous qui entourent cette maladie les rendent presque inexistants. Dans une société Arabo-Musulmans où le sexe est tabou, et où on feint de ne pas savoir que l’homosexualité existe, mais le problème de financement ralentit les activités. L’Etat est concentré sur les traitements, alors que la prévention et le dépistage sont primordiaux pour ralentir la propagation. il est tres difficile de sensibiliser les gens.
 
Pour cela, il faut, évidemment, joindre l’acte à la parole. L’objectif capital étant d’arrêter de considérer cette maladie comme une tare et de détruire tous les tabous qui l’entourent.
Lutter contre le sida c'est une guerre sans relâche il faut avoir la tactique, la technique et le personnel nécessaire. Le coût et la gravité de la maladie nous oblige a être solidaires ,universités, cités universitaires, lieux publics, hôtels, boîtes de nuits, hôpitaux, tout le monde doit être sensibilisé. La transmission n'est pas forcément sexuelle : un coiffeur peut transmettre avec sa lame le virus; au lieux de construire la grande mosquée dans chaque villages de Kabylie et à Alger pourquoi pas un grand centre sidéenn le plus grand en Afrique mais la réalité est dure. J'ai confiance en cette jeunesse car c'est elle qui va lancer le défi, nous ne sommes pas en Afrique tropicale nous sommes en Algérie le pays le plus riche.
 
Mokrane NEDDAF

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :