Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques centaines de personnes, se sont rassemblées samedi 16 février devant l’Assemblée nationale pour soutenir leur frères Touaregs. Des banderoles étaient suspendues un peu partout, jusque sur les poteaux, les drapeaux berbères nombreux dans la foule.

                     imagesCA9S13TE

Beaucoup venaient dénoncer la complicité de la France dans ce malheur vécu par les Touaregs. Leur pays devait aider ceux qui luttent pacifiquement pour la reconnaissance de leurs droits et non faire le jeu des islamistes ou des dictatures. La France qui s’est engagée dans ce conflit, devrait accompagner ce processus de paix et de développement de l’Azawad. Aujourd’hui, elle fait corps avec des pays qui clament ouvertement leur racisme à l'égard des Berbères. Pourquoi s'opposer éternellement à ce qui revient de droit aux Nord-Africains : l'émergence d'Etats Amazighs souverains ?

L'armée malienne nourrit le racisme et la haine dans les coeurs. Cela fait plus d'un demi siècle maintenant, qu'elle harcèle et tue les Touaregs. L'Etat Français doit assumer ses responsabilités de cette tragédie. Les terroristes sont toujours là. Si l’action doit être poursuivie, laquelle, comment, et avec qui ?
Le MNLA depuis le printemps de l’année passe n’a pas cessé d’alerter l’opinion publique international sur la nécessité de la lutte contre le terrorisme dans leur région.

Plusieurs personnalités Kabyles étaient présentent à ce rassemblement, comme Ferhat Mehenni, Malika Matoub, des artistes, des journalistes... "Les Touareg sont nos frères et nous venons les soutenir car ils subissent des crimes à caractère ethnique de la part des soldats maliens".

Les Touaregs présents, dont des représentants du MNLA (Mouvement National de Libération de l'Azawad) ont été les premiers à prendre la parole pour remercier celles et ceux qui les soutiennent mais aussi pour crier leur détresse. Ils ont rappelé la gravité de la situation, notamment le sort des déplacées, la pauvreté, l’abandon total et le mépris dans lesquels vivent les populations de l’Azawad.

L'Azawad a été présentée comme une "entité". Le sens à donner au terme entité n’est pas précisé. Est-une autonomie ou c’est l’indépendance ? Le MNLA n’accepte aucune présence militaire malienne dans les zones sous son contrôle avant la fin des négociations". Ne serait-il pas judicieux de mettre en place une force d’interposition onusienne comme l’a suggéré récemment François Hollande.

"Les Français sont venus sur notre territoire, ils nous ont colonisés, ils nous ont mis entre les mains des Maliens contre notre volonté. Aujourd'hui, ils ne peuvent pas repartir sans régler les problèmes", estime Moussa Ag Assarid, représentant du MNLA en Europe.

Les organisateurs de ce rassemblement lancent un appel à tous les pays en capacité d'agir, pour qu'ils apportent non seulement leur aide, mais qu'ils assurent la protection d'un peuple aujourd'hui à la merci des conflits ethniques ou des islamistes.

Par Mokrane NEDDAF. (source, kabyle.com)   

Partager cet article

Repost 0