Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Madame-Belkada.pngDNKabylie.com: Rencontrée lors du Salon International du Livre d’Alger, venue assurer des ventes dédicaces et la présentation de ses ouvrages. Nous l’avons approchée et sollicité pour nous parler de son œuvre et de se présenter.

Avec simplicité et sympathie, elle s’est prêtée au jeu des questions réponses.

 

DNK : Présentez vous aux internautes

Madame Belkada née Akifouarda est née à Kouba, a suivi des études techniques sanctionnées par un diplôme dans le bâtiment.

 

A quand remontent vos débuts dans l’écriture et comment s’ est fait votre premiers pas?

Mes débuts remontent en 2010, c’était ma frangine madame Achiche Djamila qui me demande d’écrire des contes en français .j’ai pu réaliser une adaptation de huit contes, du kabyle en français. Aidée et encouragée par mes amis, j’ai fait connaissance avec la première maison d’éditions qui est celle d’El- Amel. Et j’ai persévéré dans cette voie.

 

En 2010 vous avez édité « Combat d’une Femme ». Pouvez- vous nous le présenter ?

En 2011, j’ai édité « Le combat d’une Femme » qui est un vécu qu’endure certaines femmes Algériennes, victimes de l’homme d’abord puis de la société. J’ai référé par des témoignages concrets de ces femmes abandonnées, violées, exploitées qui par leur courage et leur optimisme, elles ont pu changer le cours de leur destinée.

 

Vous vous intéressez aussi aux contes et vous avez édité le conte « Le chevalier Ali » l’avez vous créé de toute pièce ou bien on vous l’a conté ?

Effectivement, je m’intéresse aux contes kabyles, les contes sont un patrimoine très riche qu’on doit faire revivre. D’ailleurs, je venais de terminer un recueil de 20 contes que j ai réalisé avec l’édition Chihab. C’est une adaptation du kabyle en français. Comme je suis arrivée à créer mes propres contes qui sont en instance à l édition El Amel : « Un prince berger » et « La princesse à la sandale dorée ».

 

Vous êtes une auteure prolifique et vous venez de mettre sur les étals un livre sur la violence qui règne dans notre société…

Dans le livre « La violence au sein du couple et à l’école », j’ai traité un problème public qui ne cesse de ravager notre quotidien, les statistiques sont déplorables, le nombre de victimes augmente de plus en plus et puis il faut en parler, car la violence porte atteinte à l’ intégrité morale ou physique de la victime, que ça soit, femme homme ou enfant. Et puis ce n’est plus un sujet tabou banalisé jadis par la société.

 

Vous êtes aussi multidisciplinaire, de la médecine, au bâtiment, puis l’enseignement, puis chef d’entreprise… Toutes ces disciplines n’ont-elles pas influé sur vos écrits ?

Quant au médecin, j’ai toujours rêvé de le devenir, mais hélas, du jour au lendemain je change le cours de ma vie, je deviens diplômée dans le bâtiment et puis j’ai crée ma propre entreprise, toutes ces disciples n’ont pas influé sur mes écrits étant donné que l’écriture est ma vocation.

 

Quels sont les auteurs qui vous ont le plus marqués ?

J’ai toujours été influencé par ces grands écrivains, Taous Amrouche, Mouloud Feraoun, Mouloud Mammeri, Malek Haddad, Tahar Oussedik, Victor Hugo, Baudelaire, Jean de la Fontaine……

 

Vos trois ouvrages ont été édité à compte d’auteur que pensez-vous de cette voie échappatoire pour l’auteur ?

J’ai édité mes livres à compte d’auteur, le problème qui se pose est la distribution. Mais au moins on est sûr que notre ouvrage verra le jour.

 

Vous êtes ici au SILA pour assurer des ventes dédicaces pour votre dernierouvrage. Que pensez-vous de cet événement international et qu’est ce qu’il vous a apporté ?

C’est la troisième fois que je participe à la vente dédicace au salon international du livre d’Alger SILA, J’ai beaucoup aimé le salon car cela m’a permis de développer mes connaissances auprès des éditeurs que ce soit Algériens ou étranger, j’étais en contact avec des auteurs avec lesquels j’ai échangé des points de vue.

Puis c’était l’occasion de me faire connaitre auprès de mes lecteurs et les médias étaient là pour œuvrer dans l’intérêt de l’auteur.

 

Dans chacun de vos livres on trouve un poème de vous. Avez-vous aussi la verve poétique et un riche viatique pour nous dédier un recueil de poésie ?

J’aime exprimer le fond de mes pensées par un poème dans chaque ouvrage, l’idée de présenter prochainement un recueil de poésie est à l’ordre du jour.J’espère être à la hauteur pour vous dédier un recueil de poésie.

 

Vu que vous êtes prolifique, vous couvez certainement plein de projets. Pouvez-vous nous en donner un avant gout ?

Comme vous le dites, je suis prolifique, sans omettre de vous dire que je suis aussi auteure de pièces théâtrales pour enfants Actuellement je prépare une pièce que j’ai intitulée : « le cri de détresse des innocents », elle sera réalisé en collaboration avec ma frangine madame Achiche et sera jouée par les enfants de l’école Rayah Ali de Tadmait.

 

Un dernier mot pour conclure ?

J’espère avoir la force et le courage afin d’être à la hauteur et persévérer dans mes projets.

Je tiens à vous remercier pour votre attention. Avec tous mes remerciements à mes chers lecteurs.

 

Entretien réalisé par Ahcene Mariche

Partager cet article

Repost 0